Lygosoma sundevallii

Ce petit scinque fouisseur d’Afrique Lygosoma sundevallii occupe un vaste territoire qui s’étend du Nord-Est de la Somalie à l’Angola, qui longe la côte Est du continent et contourne par le sud sa partie australe. L’habitat est très varié et concerne aussi bien les zones sèches que les forêts humides. Ce scinque est généralement considéré crépusculaire, mais ce rythme peut être modifié en terrarium.

Caractérisations

Ce petit lézard a une taille moyenne qui oscille de 12 à 18 cm, les mâles étant plus massifs que les femelles. Les juvéniles mesurent quant à eux environ 30 mm de longueur, du museau jusqu’au cloaque.
La coloration est uniformément gris clair, avec des reflets irisés (reflets arc-en-ciel). Certains spécimens présentent en outre de petits ocelles noirs sur les écailles. Les pattes ne semblent avoir qu’une fonction facultative, l’espèce pratiquant une sorte de «nage» de surface pour se déplacer sur le sol, relevant les coudes et ondulant sur le ventre.

Le terrarium

Pour satisfaire à ses activités fouisseuses, il est nécessaire de mettre à la disposition de ce petit scinque une épaisse couche de substrat dans le fond du terrarium. Je dépose donc un mélange de sable du Rhin et de terre de coco sur une épaisseur de 10 cm environ. Quelques pierres plates et des tunnels en chêne liège sont ajoutés en surface en guise de refuges. Pour assurer un contrôle des conditions environnementales et sanitaires nécessaires, une lampe thermique classique (un spot de 40W) ainsi qu’une autre à basse énergie (18W) qui diffuse des UVB sont mises en place. Ces lampes sont allumées 12 heures environ par jour, sous le contrôle d’une minuterie. Cela permet à la température d’osciller entre 20 et 35°C entre la nuit et le jour, avec toutefois un léger glissement lié aux fluctuations saisonnières propres à nos latitudes.

La nourriture

L’espèce est insectivore comme la majorité des lézards du genre. Les insectes (préalablement bien nourris) sont idéalement saupoudrés d’un mélange de calcium/vitamines à l’occasion d’un repas sur deux. Les Lygosoma juvéniles peuvent directement recevoir le calcium dans leur ration alimentaire. Si les grillons constituent la base alimentaire «classique» en captivité, d’autres possibilités conviennent (criquets, mouches, blattes, vers, etc.)

La reproduction

L’identification du sexe étant ce qu’elle est, les 3 femelles et 2 mâles achetés se répartissent finalement dans l’ordre inverse. Mais peu de temps après l’acquisition, une femelle (déjà  gravide) dépose 4 œufs qui sont découverts avec un peu de chance le 10 octobre 2013. Dotés d’une coquille souple, ils sont déterrés avec précaution et placés dans une petite boîte sur de la terre de coco humide. A cette époque de l’année, le seul incubateur encore en fonction dans mon élevage contient des œufs de caméléons. Sa température est ajustée à  27,5°C. Les œufs de scinque y sont incubés et à ma grande surprise 4 petits, répliques parfaites de leurs parents, éclosent 43 jours seulement après la ponte.

Références

  • Spawls S. & al. A Field Guide To The Reptiles Of East Africa, Bloomsbury Publishing Plc, 2004.

Les animaux disponibles

Nos reproducteurs