Nouvel article paru dans « Nature »*

Après quelques années à choyer des lézards ocellés tout en évitant les morsures, nous avons participé à l’explication, du moins théorique, de l’évolution du pattern de couleur du lézard Timon lepidus. En effet, grâce un mélange de photographie à très-haute résolution et des mathématiques, nous avons pu démontrer que le dos du lézard ocellé est un automate cellulaire vivant !

Pour les matheux voici le lien de l’article.

Et pour les gens normaux une coupure de presse.

Et on parle même de nous dans le célèbre « The New York Times » !!!

 * étude menée et animaux élevés au sein du laboratoire L.A.N.E (www.lanevol.org) sous l’égide du Pr. Milinkovitch.